Benoîte commune

Appartenant à la famille des Rosacées, la Benoîte commune est aussi appelée herbe de Saint-Benoît ou herbe bénite. C'est une plante considérée de magique et qui se plaît généralement en montagne. De quoi s'agit-il exactement ? Quels sont ses bienfaits et ses utilités ?

Qu'est-ce que la Benoîte commune ?

La Benoîte commune est une plante vivace plantée particulièrement dans des endroits plus frais tels que les sous-bois, les haies ou les ourlets. Elle est également très remarquée tout près des décharges. Reconnue pour tous ses bienfaits, cette plante ressemble de près au fraisier, d'ailleurs considéré comme son cousin. Ces deux plantes se ressemblent plutôt en forme qu'en couleur. Sur une tige de 40 à 60 cm bien dressée, la Benoîte commune porte des fleurs jaunes, notamment au mois de mai à septembre.
Qu'est-ce que la benoite commune ?
Originaire du continent européen, cette plante fournissant de multiples bienfaits se compose de rhizomes qui laissent dégager une odeur de clou de girofle une fois réduits en poudre. Elle est également composée de différentes substances actives dont la résine, l'hétéroside phénolique, les tanins, les principes amers et l'huile essentielle contenant de l'eugénol. Pour se référer un peu à son histoire, la plante Benoîte commune était jadis considérée comme une plante à pouvoir. Cela remonte au moyen âge pendant lequel, son utilité était plus importante dans l'exorcisme, notamment pour chasser le diable ainsi que ses suppôts. Étymologiquement, benoît doit son origine au mot bénite et fait donc allusion à tous ses bienfaits.

Quels sont les bienfaits de la Benoîte commune ?

La Benoîte commune fait partie de toutes ces plantes vivaces fournissant des bienfaits considérables à l'homme. Son appréciation est toujours d'actualité. Reconnue surtout pour son astringence, la Benoîte demeure une plante assez efficace pour avoir une santé de fer. Son usage dans le domaine de la médecine date déjà d'une décennie. En outre, elle est tonique, sudorifique, vulnéraire et sudorifique. Ses bienfaits sur la thérapie se distinguent grâce à la présence d'astringent génitale, de fébrifuge et de tonique digestif.
Si vous souhaitez planter de la benoîte commune pour bénéficier de tous ses bienfaits, sachez que l'automne et le printemps sont les périodes les plus propices. Pour qu'elle puisse bien se développer, vous devez respecter certaines conditions. Le sol où vous souhaitez la cultiver doit avant tout être frais, drainé et humifère. Si c'est possible, exposez la plante dans un endroit ensoleillé ou mi- ombragé. Avec la Benoîte commune, aucun entretien particulier n'est à prévoir.
La plante peut s'utiliser en fonction de votre préférence et de vos besoins spécifiques. En teinture mère, en poudre, mélangée avec du vin, en infusion ou en décoction. En d'autres termes, la Benoîte favorise le bien-être en général. Elle est également indiquée en cas de digestion difficile et fébrilité sévère. En cas de manque d'appétit, Benoîte peut toujours stimuler l'envie de manger. Anesthésiante et antiseptique, la Benoîte s'utilise en bain de bouche, en gargarisme. Sa racine fournit un réel soulagement aux douleurs dentaires. Elle a le même effet qu'un clou de girofle. Ses bienfaits sont même remarqués en lavement des parties intimes.

Quelle partie de la Benoîte commune utiliser ?

Plante robuste et très facile à cultiver, la Benoîte commune se multiplie facilement. Sa silhouette légère et sa magnifique couleur peut parfaitement décorer un jardin, mais pas que cela. En effet, certaines parties de la plante en question sont d'une utilité très connues. Sa racine froissée est par exemple très utilisée pour l'odeur de clou de girofle qu'elle dégage due à la présence d'un actif de giroflier, l'eugénol. Parfois, il est possible de la cueillir au mois de juin et au mois de juillet, mais le moment très idéal est juste avant la floraison de la plante.
Quelle partie utiliser, concernant la benoite commune ?
 
En général, les racines de geum urbanum ne sont utiles qu'à des fins médicales. Elles sont aujourd'hui nécessaires pour aromatiser la bière ou pour se débarrasser de mites situées dans les linges. Ses feuilles caulinaires sont plus grandes et plus jeunes, leur utilité est idéale en cuisine. La consommation de Benoîte n'a pas vraiment de contre-indication. Au contraire, elle est fortement conseillée.
 
 
 
Il faut cependant boire une quantité suffisante d'eau afin de prévenir d'éventuelles sensations de malaise. Peu sensible aux maladies, la Benoîte peut quand même être affectée par la pourriture grise. Il faut surtout faire attention aux larves de tenthrèdes qui pourraient bien abîmer ses feuilles. Si toutes les conditions de plantation et d'entretien sont bien respectées, la Benoîte commune peut rester en place de nombreuses années.

Comment cultiver la Benoîte commune ?

Une fois que vous avez fini de la planter, laissez-la agir à sa manière. Lorsque la floraison est passée, il vous suffit de tailler un peu les tiges florales. Elle est également rustique et peut tolérer des températures hivernales de -30°C. À cause des stolons et en se ressemant toute seule, la plante devient parfois très envahissante. Et pour que l'extension soit limitée à temps, la suppression des stolons tout comme la suppression des fleurs fanées doit se faire rapidement. Cela évite que des graines soient dispersées.

Peut-on utiliser la Benoîte commune dans la cuisine ?

Malgré sa classification comme étant une plante sauvage, la Benoîte commune dispose de quelques parties comestibles. Elle s'utilise effectivement en cuisine. Mais, comment ?
 
Outre les bienfaits thérapeutiques que la plante procure, sa racine très aromatique s'utilise parfaitement toute l'année pour donner une saveur de clou de girofle agréable aux boissons et aux différents plats.
 
Cette partie souterraine est également utilisée comme condiment tandis que les jeunes feuilles qui apparaissent avant la floraison se consomment particulièrement en salade. Cuites en légumes verts, elles seront encore plus délicieuses.
 
Afin de profiter largement de toutes les propriétés de la Benoîte commune, essayez de la déguster pendant les repas sous forme de vin. Pour l'obtenir, macérez 50 grammes de racines sèches pour un litre de vin pendant exactement huit jours.
 
Vous verrez quel bienfait le fait de boire deux verres par jour peut vous procurer. Avec cette jolie plante très connue et très utilisée par les chefs, vos bouillons et vos tisanes seront parfaitement aromatisés.
La Benoite commune dans la cuisine