Echinacée bienfaits

Qu'est-ce que l'échinacée ?

Du grec « echino », les échinacée sont des plantes aux bienfaits et vertus médicinaux extraordinaires. Il y en a onze espèces différentes, dont trois qui sont connues pour leurs vertus thérapeutiques extraordinaires. Celles-ci s'emploient notamment dans les traitements thérapeutiques. Ce sont l'echinacea angustifolia ; l'echinacea purpurea ; et l'echinacea pallida, de leurs noms scientifiques.
L' échinacée est une plante qui fait entre 60 et 180 cm de hauteur. Elle donne en général des fleurs jaune, rose ou parfois blanche. La partie centrale de sa fleur se constitue d'une multitude de petites épines, d'où son nom, puisque echino, en grec veut tout simplement dire « épine ». De leur nom scientifique echinacea donc, les échinacée sont originaires des Amériques du Nord.
L'échinacée, particulièrement ces trois espèces s'utilisent principalement pour prévenir le rhume, en traitement d'appoint des infections des voies respiratoires et des voies urinaires. Les bienfaits de l'échinacée le système immunitaire est également très palpable.
Il n'est pas rare aussi qu'on les utilise pour des fins ethnobotaniques, on les destine à la restauration des prairies, et pour constituer un stock de fourrage. Mais des fois aussi, elles sont tout simplement plantées comme plantes ornementales dans le jardin. Les échinacées ont également des bienfaits sur la flore et la végétation.
Il existe plusieurs modes d'utilisation de la plante : l'homéopathie, l'usage traditionnel : tisane, infusion ou décoction, et la médecine générique : gouttes et gélules. Les bienfaits des espèces d'échinacée sont toujours présents dans chacune de ces formules.
Echinacée bienfaits

Quels sont les bienfaits de l'échinacée ?

On prépare des boissons thérapeutiques à partir de soit la tige, soit la fleur soit la racine de la plante. Et on lui connait donc comme principales vertus ses bienfaits thérapeutiques : renforcement du système immunitaire ; prévention du rhume ; ainsi que le traitement et la prévention des infections des voies respiratoires et urinaires notamment.
Ainsi donc, avec l'échinacée, la gravité les symptômes du rhume s'allègent considérablement ainsi que sa durée ;
Les infections des voies respiratoires aiguës, à l'instar de la sinusite ou de la laryngite, peuvent se prévenir en consommant de l'échinacée ;
La plante possède aussi des vertus qui guérissent le mal de gore et la gingivite ;
Les infections vaginales à levures (si elles sont modérées) se guérissent à coups d'échinacée On attribue également des bienfaits apaisants et on dit qu'elle pourrait réduire l'anxiété et l'état de stress. Chez les Amérindiens, on l'a même utilisée pour traiter les ulcères chroniques et les plaies cutanées qui ont du mal à guérir. L'échinacée renferme les composants actifs : les alkylamides, l'acide cichorique et les polysaccharides. Ceux-ci lui procurent des bienfaits sur la modulation du système immunitaire.

Sous quelles formes consommer l'échinacée ?

Si dans les temps anciens, l'échinacée se prenait en tisane, désormais, il existe plusieurs modes d'administrations. Les utilisateurs d'antan n'émettaient pas non plus aucune contre-indication ni réserve, ils ne vantaient que ses bienfaits. Bien évidemment, on continue toujours de le prendre en tisane ou infusion, mais les modes ont nettement évolué et elle s'utilise en compléments alimentaires et en traitement générique dorénavant.
Lors des traitements d'appoints, il arrive que les thérapeutes prescrivent ce qu'on appelle une « dose de charge » le premier jour, à raison de 1 g d'échinacée en capsules, en comprimées ou en gélules toutes les 2 heures. Ils recommandent aussi l'administration dès les premiers signes d'une infection aiguë des voies respiratoires : sinusite, laryngite...
Cependant, les extraits liquides préservent mieux les vertus et les bienfaits, et agissent plus rapidement que les gélules ou les comprimés.
Pour les usages plutôt traditionnels, il existe différentes modes de consommation et il n'ya pas trop de contre-indication :
L'infusion. Obtenue à partir de 1 g de racines ou de parties aériennes séchées qu'on laisse infuser pendant dix minutes dans une tasse d'eau bouillante. Comme la tisane, en boire de 1 à 6 tasses par jour. Le dosage conseillé est de une à quatre tasses par jour.
La décoction ; à préparer avec attention, puisque la chaleur peut détruire les bienfaits de l'échinacée.
Les capsules qui renferment de la poudre de racines ou des parties aériennes ;
Jus stabilisé ou jus frais ;
De la teinture pour les bains bouche ;
Et les extraits solides normalisés. Les actions et les vertus de la plante s'affirment mieux avec ces dernières formes d'emploi.
Pendant la période de l'hiver, il est recommandé de prendre de l'échinacée en cure de prévention. Commencer la cure en cas de sensations des premiers signes du rhume ou de l'asthénie. Il est à noter qu'il existe aussi en pharmacie ou parapharmacie des crèmes dermiques qui traitent les blessures, les inflammations cutanées, ou d'autres formes de maladies de la peau. Elles sont élaborées à partir d'extraits de feuilles ou tiges de l'échinacée.
Echinacée contre-indications

Comment cultiver l'échinacée ?

Généralement, on la trouve dans les prairies ou à l'orée des forêts rocheuses. Mais comme il s'agit d'une belle plante aux couleurs vives, c'est très facile de la planter en jardins ou dans des champs à proximité de l'habitation. Il s'agit d'une plante vivace facile à entretenir et qui n'a pas trop besoin d'engrais ou d'autres formes de soins agriculteurs intenses.

Y a-t-il des contre-indications avec l'échinacée ?

Chimiquement parlant, il n'y a pas vraiment de contre-indication stricte pour l'échinacée, il ne faut pas non plus en abuser et prolonger les prises. Toutefois, il faut bien observer les formes de contre-indication suivantes.
Les individus souffrant d'asthme ou d'allergies sont plus susceptibles que les autres d'être sensibles à l'échinacée. L'échinacée est déconseillée aux personnes souffrant d'allergies aux plantes de la famille des astéracées dont elle fait partie.
Elle ne peut pas non plus s'utiliser sur des enfants sujets aux otites.
Elle ne doit pas non plus trop s'utiliser sur la femme enceinte ou allaitante, ainsi que les bébés et les enfants en bas âge. La femme enceinte peut toutefois en prendre modérément sous formes homéopathiques, de jus stabilisés, de gélules ou d'extraits solides.
On ne l'utilise pas non plus en cas de maladies systémiques, telles que le SIDA.